RDV en ligne

Une atteinte grave à la copropriété justifie la démolition d’une construction illégale

Publié le : 17/10/2019 17 octobre Oct. 2019
L’assignation en démolition de constructions illégales, car non autorisées par l’assemblée générale des copropriétaires, ne peut être effective que si l’atteinte portée aux parties communes et privatives est d’une gravité telle qu’elle la justifie.

Le syndicat secondaire des copropriétaires du bâtiment A et plusieurs copropriétaires ont assigné une société propriétaire d’un lot transitoire, divers propriétaires des lots issus de ce lot transitoire ainsi que le syndicat principal des copropriétaires de l’ensemble immobilier en démolition des constructions illégalement édifiées puisque non respectueuses du règlement de copropriété. Celui-ci avait prévu la construction de dix villas et d’un immeuble de onze appartements (bâtiment A) et réservé un lot pour des constructions futures.
La cour d’appel de Bastia, par un arrêt du 18 avril 2018, a ordonné la démolition de l’ensemble des bâtiments édifiés sur le lot transitoire. L’état descriptif de division initial intégré au règlement de copropriété prévoyait la construction de six villas et trois bâtiments, or, selon l’état descriptif de division modificatif du 13 juin 2013, six immeubles collectifs ont été construits sans que ces constructions n’aient été autorisées préalablement par l’assemblée générale des copropriétaires. La cour d’appel considère donc que les constructions sont illégales.
Dans un arrêt du 12 septembre 2019, la Cour de cassation casse partiellement l’arrêt en ce qu’il condamne la société propriétaire du lot transitoire à la démolition des constructions implantées sur le lot transitoire. La cour d’appel n’a pas donné de base légale à sa décision en ce qu’elle n’a pas recherché si les atteintes portées aux parties communes et aux parties privatives étaient d'une gravité telle qu'elle justifiait la démolition des six bâtiments.

- Cour de cassation, 3ème chambre civile, 12 septembre 2019 (pourvoi n° 18-19.232 - ECLI:FR:CCASS:2019:C300753) - cassation partielle de cour d'appel de Bastia, 18 avril 2018 (renvoi devant la cour d'appel d'Aix en Provence) - https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTex...

Historique

<< < ... 6 7 8 9 10 11 12 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.