RDV en ligne
Licenciement pour faute grave : dissimulation à l'employeur du trop-perçu de rémunération

Licenciement pour faute grave : dissimulation à l'employeur du trop-perçu de rémunération

Publié le : 18/10/2019 18 octobre oct. 2019
Est justifié le licenciement pour faute grave d'un employé qui dissimule à son employeur que celui-ci lui a versé par erreur, pendant plusieurs mois, un salaire trop élevé et refuse de rembourser le trop-perçu de rémunération.



Mme B. a été engagée en qualité de vendeuse qualifiée. A partir de janvier 2013, Mme B. a perçu non seulement son salaire mais également dans le cadre d'une erreur dans l'enregistrement du premier virement, mentionné virement permanent, le montant du salaire du mois de décembre 2012 et l'acompte du mois de décembre 2012 soit une somme supplémentaire de 2.954,05 €. Mme B. n'a pas signalé l'erreur. Quand l'employeur s'est aperçu de l'erreur, en octobre 2013, il a demandé à Mme B. le remboursement des sommes perçues en trop (plus de 25.000 €). Mme B. a refusé. Elle a été licenciée pour faute grave.



Dans un arrêt du 16 février 2017, la cour d'appel de Dijon a jugé le licenciement fondé sur une cause réelle et sérieuse et a débouté la salariée de ses demandes au titre de dommages-intérêts pour licenciement abusif.Les juges du fond ont relevé le caractère volontaire et persistant de la dissimulation à l'employeur de l'existence d'un trop-perçu de rémunération, y compris après la réclamation par l'employeur du trop-perçu pour une partie de la période concernée.En effet, l'erreur initiale de l'employeur, ayant consisté à programmer un virement permanent et ayant conduit à un double paiement, ne saurait ôter le caractère fautif du comportement de Mme B. qui n'a pas informé son employeur de ce problème de paiement, a dissimulé les sommes importantes ainsi perçues et les a dépensées se mettant dès lors dans l'impossibilité de rembourser son employeur.



La Cour de cassation rejette le pourvoi de Mme B., le 11 septembre 2019. Elle estime que la cour d'appel a pu déduire de ces constatations que ces faits, de la part d'une salariée exerçant avec beaucoup d'autonomie des fonctions de vendeuse sur les marchés et s'occupant seule de l'encaissement du produit des ventes, constituaient une faute grave rendant impossible le maintien de la salariée dans l'entreprise.



- Cour de cassation, chambre sociale, 11 septembre 2019 (pourvoi n° 18-19.522 - ECLI:FR:CCASS:2019:SO01201), Mme B. c/ société Crémerie Saint Uguzon - rejet du pourvoi contre cour d'appel de Dijon, 16 février 2017 - https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTex...

Historique

<< < ... 68 69 70 71 72 73 74 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Information close
Madame, Monsieur, Chère Cliente, Cher Client,

Nous vous informons de la réouverture de notre cabinet à compter du lundi 11 mai 2020.
 
Nous vous indiquons que nous avons pris des dispositions pour vous accueillir dans des conditions qui garantissent votre sécurité ainsi que celle de notre équipe.
 
La salle d’attente est désinfectée régulièrement et ne recevra pas plus de trois personnes pour respecter les règles de distanciation sociale qui sont de un mètre minimum . 
 
Nous mettons à votre disposition du gel hydro alcoolique à l’entrée du cabinet afin de vous permettre de désinfecter vos mains.
 
Enfin, nous vous demandons de bien vouloir venir au cabinet avec votre masque à cet effet.
 
Pour votre protection, toute l’équipe du cabinet est équipée de masques pour vous recevoir en toute sécurité.
 
Nous vous rappelons que notre cabinet est équipé techniquement pour organiser des rendez-vous en visioconférence par l’intermédiaire des différents dispositifs existant (Skype, WhatsApp, Zoom, etc…) qu’il s’agisse de dossiers en cours ou de nouveaux dossiers.

Nous vous précisons que vous pouvez prendre vos rendez-vous directement en ligne en allant sur le lien suivant https://www.meetlaw.fr/annuaire/maitre-patrick-lingibe-35.htm#rdv

Des solutions de paiement à distance ont été mises en place pour vous éviter également d’avoir à vous déplacer.

Le cabinet JURISGUYANE se préoccupe de votre santé tout en assurant la Défense de vos intérêts.
 
Il demeure à votre service.

Le Cabinet JURISGUYANE

Ok