RDV en ligne

Ce que doit contenir un mémoire en réclamation

Publié le : 03/01/2013 03 janvier janv. 2013

Le 3 Octobre 2012, le Conseil d’Etat a rendu un arrêt didactique dans une affaire société Valterra et société Champagne épandage c/ Communauté d’agglomération Reims Métropole. En effet, cette décision apporte des précisions très intéressantes sur les mentions que doit contenir un mémoire en réclamation. Arrêt donc pédagogique pour les Pouvoirs Adjudicateurs et surtout pour les opérateurs économiques.
 

RAPPEL DES FAITS ET DE LA PROCEDURE :


La communauté d'agglomération Reims Métropole a conclu, le 18 novembre 2002, un marché à bons de commande avec la société Champagne épandage et la société Traitement-Valorisation-Décontamination, aux droits de laquelle vient la société Valterra, pour l'enlèvement et la valorisation des boues produites par une station d'épuration.

Par jugement rendu le 25 mars 2010, le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a condamné la communauté d'agglomération à verser, d'une part, une somme de 145 000 euros à la société Champagne épandage en compensation de son manque à gagner du fait de l'absence de commandes à hauteur du montant minimum du marché et, d'autre part, une somme de 249 514,42 euros à la société Traitement-Valorisation-Décontamination en indemnisation de son manque à gagner et de la détérioration de son matériel résultant de la mauvaise qualité des boues d'épandage.

Par arrêt en date du 17 mars 2011, la cour administrative d'appel de Nancy a fait droit à l'appel de la communauté d'agglomération en annulant le jugement de première instance et en rejetant les demandes indemnitaires des sociétés.

Les sociétés Valterra et la société Champagne épandage ont formé un pourvoi en cassation à l’encontre de cet arrêt, suivant pourvoi sommaire et mémoire complémentaire enregistrés  respectivement au greffe du Conseil d’Etat les 16 mai et 3 août 2011.

Par arrêt rendu le 3 octobre 2012, le Juge du Palais Royal a rejeté le pourvoi et confirmé donc le raisonnement adopté par la cour administrative d’appel de Nancy.


DISPOSITION INVOQUEE DEVANT LES JURIDICTIONS SAISIES :

Article 34.1 du CCAG-FCS :

« Tout différend entre le titulaire et la personne responsable du marché doit faire l'objet de la part du titulaire d'un mémoire de réclamation qui doit être communiqué à la personne responsable du marché dans le délai de trente jours compté à partir du jour où le différend est apparu. »

 

EXTRAIT DE L’ARRET :


« 3.Considérant, en deuxième lieu, qu'aux termes de l'article 34.1 du cahier des clauses administratives générales applicable aux marchés de fournitures courantes et services (CCAG-FCS) dans sa rédaction en vigueur à la conclusion du contrat : " Tout différend entre le titulaire et la personne responsable du marché doit faire l'objet de la part du titulaire d'un mémoire de réclamation qui doit être communiqué à la personne responsable du marché dans le délai de trente jours compté à partir du jour où le différend est apparu. " ; que pour rejeter, après évocation, la demande des sociétés, la cour administrative d'appel de Nancy a jugé que le courrier du 24 juillet 2006 par lequel elles ont demandé à la communauté d'agglomération Reims Métropole le paiement de la somme de 364 245 euros en indemnisation de la marge bénéficiaire manquée du fait du minima de commande non atteint et de la somme de 39 591 euros en raison de la détérioration de leur équipement résultant de la mauvaise qualité des boues, ne pouvait, en l'absence d'indication sur la base de calcul de ces sommes, être regardé comme un mémoire en réclamation au sens de l'article 34.1 du CCAG-FCS précité ; que ce faisant, la cour a écarté les moyens en défense des sociétés tirés de ce que ce cahier des clauses administratives générales n'impose pas la motivation des mémoires en réclamation et de ce qu'en l'espèce, le courrier du 24 juillet 2006 exposait le différend avec suffisamment de précision ; que, par suite, la cour n'a pas entaché son arrêt d'insuffisance de motivation ;

4. Considérant, en troisième lieu, qu'un mémoire du titulaire du marché ne peut être regardé comme une réclamation au sens de l'article 34.1 du CCAG-FCS que s'il comporte l'énoncé d'un différend et expose, de façon précise et détaillée, les chefs de la contestation en indiquant, d'une part, les montants des sommes dont le paiement est demandé et, d'autre part, les motifs de ces demandes, notamment les bases de calcul des sommes réclamées ; qu'ainsi, la cour administrative d'appel de Nancy n'a pas commis d'erreur de droit en jugeant que les mémoires en réclamations adressés par le titulaire du marché doivent présenter une contestation motivée du décompte incluant notamment la base de calcul de créances dont se prévaut le titulaire ; que par suite, la cour n'a pas entaché son arrêt de contradiction de motifs en estimant, par une appréciation exempte de dénaturation, que le courrier du 24 juillet 2006 n'était pas constitutif d'un mémoire en réclamation, faute de présenter les bases de calcul de la réclamation, tout en relevant que ce courrier comportait l'objet de cette réclamation ainsi que son montant global ; »


L’arrêt rapporté mérite d’être encadré pour son intérêt didactique et pédagogique. La cour administrative d’appel de Nancy rappelle les deux conditions pour qu’un document puisse recevoir la qualification juridique de mémoire en réclamation au sens de l’article 34.1 du CCAG-FCS :

- d’une part, il doit indiquer l’énoncé du différend avec le personne responsable du marché et exposé avec précision et force détail, les différents chefs de la contestation en en précisant les montants des sommes dont le paiement est réclamé;

- d’autre part, les motifs de ces demandes de paiement, ceux-ci devant comprendre notamment et principalement les bases de calcul des sommes réclamées.

ATTENTION donc, à défaut de telles mentions substantielles, le document ne pourra être qualifié de mémoire en contestation et devra être rejeté par la juridiction saisie, aucune session de repêchage n’étant prévu.


Patrick Lingibé 
Membre Associé du Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC)

Historique

Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Information close
Madame, Monsieur, Chère Cliente, Cher Client,

Compte tenu de la situation épidémiologique liée au virus COVID-19 très inquiétante que connaît la Guyane actuellement et afin d’assurer votre sécurité et celle des membres de notre équipe, notre cabinet est fermé à l’accueil physique du public à compter du lundi 22 juin 2020 et ce jusqu’à nouvel ordre.

Cependant, il reste en fonctionnement afin de veiller à la préservation de vos intérêts et de vous dispenser les conseils dont vous pouvez avoir besoin même en ces temps particulièrement troublés. 

A cet outre le mail contact@jurisguyane.fr, notre cabinet est équipé et se tient à votre disposition pour organiser des rendez-vous en visioconférence par l’intermédiaire des différents médias existant à cet effet (Skype, WhatsApp, Zoom, etc…) qu’il s’agisse de dossiers en cours ou de nouveaux dossiers.

Vous pouvez à cet effet prendre un rendez-vous par visioconférence en allant sur le lien suivant https://www.jurisguyane.com/services-en-ligne/rdv-en-ligne.htm

Des solutions de paiement à distance ont été mises en place pour vous éviter également d’avoir à vous déplacer.  

Le cabinet JURISGUYANE demeure à votre service.

Le Cabinet JURISGUYANE

Ok