RDV en ligne

Responsabilité du maître d'oeuvre ayant sous-estimé le coût d'un chantier

Publié le : 02/07/2020 02 juillet juil. 07 2020

Le maître d'oeuvre ayant sous-estimé le coût d'un chantier commet une erreur de conception et est responsable vis-à-vis de l'entreprise de construction. Une société publique locale d'aménagement a entrepris des travaux pour la construction d'une dalle destinée à couvrir de futures installations ferroviaires et à supporter des immeubles et des voiries routières. Elle a confié à un groupement solidaire composé de plusieurs sociétés une mission partielle de maîtrise d'oeuvre et de construction de la dalle. Cette mission n'incluait pas les études d'exécution. Une des sociétés à laquelle des lots avaient été attribués a assigné la société publique locale d'aménagement ainsi que la société mandataire du groupement en indemnisation de ses préjudices, invoquant des difficultés de réalisation ayant retardé le déroulement du chantier. La cour d'appel de Paris, dans un arrêt rendu le 28 novembre 2018, a condamné la société mandataire en réparation du préjudice subi par la société de construction. La Cour de cassation, dans un arrêt rendu le 5 mars 2020 (pourvoi n° 19-11.574), décide de rejeter le pourvoi formé par la société mandataire.Elle indique tout d'abord que la société de construction et le maître d'ouvrage avaient conclu un marché à forfait auquel le maitre d'oeuvre n'était pas partie. Par ailleurs, en l'espèce, les quantités d'armatures prévues dans le dossier de consultation des entreprises et dans la décomposition du prix global et forfaitaire (DPGF) étaient insuffisantes, et la société de construction n'avait pas été en mesure de déterminer ni de vérifier les quantités nécessaires au moment de l'appel d'offres compte tenu de la complexité de l'ouvrage. Ensuite, la la Cour de cassation constate que la société mandataire avait sous-estimé les quantités d'acier nécessaires dans la DPGF qu'elle avait établie, constituant une erreur de conception ayant causé le préjudice constitué de l'augmentation des quantités d'armature. Elle estime que compte tenu de l'importance de l'écart entre les prévisions de la DPGF et les nécessités de la réalisation de l'ouvrage pour en assurer la sécurité, la société de construction est fondée à se prévaloir de ce chef de préjudice. La société mandataire engage donc sa responsabilité délictuelle à l'égard de la société de construction et doit être condamnée à réparer le préjudice subi.La Cour de cassation rejette donc le pourvoi. 

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.