Licenciement pour harcèlement sexuel et moral : appréciation du rapport de l'enquête interne

Publié le : 18/07/2022 18 juillet juil. 07 2022

En cas de licenciement pour des faits de harcèlement sexuel et moral, le rapport de l’enquête interne, demandée par l’employeur, peut être produit par ce dernier afin de justifier de la faute commise par le salarié licencié. Dès lors, les juges du fond se doivent d’en vérifier la valeur probante au regard des autres éléments de preuve.Un salarié a été mis à pied à titre conservatoire, puis a été convoqué à un entretien préalable à un licenciement.Il a sollicité la réunion du conseil de discipline et a été licencié le jour suivant cette demande. Le licenciement est intervenu pour faute grave, à raison de faits de harcèlement sexuel et moral tenant à un management agressif.
La cour d’appel de Rennes a considéré que le licenciement était sans cause réelle et sérieuse. Elle a relevé que, selon le rapport de l’inspection générale, une salariée avait souligné une répétition, de la part de son collègue, de propos à connotation sexuelle. Une autre avait dénoncé une pression quotidienne, des reproches permanents et une réflexion sur son décolleté.Néanmoins, les juges du fond remarquent que la durée de l’interrogatoire du requérant n’a pas été précisée, tout comme son temps de repos. Par ailleurs, seules les deux salariées ayant dénoncé les comportements précités ont été entendues. Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail n’a pas non plus été informé.
La Cour de cassation, dans un arrêt du 29 juin 2022 (pourvoi n° 21-11.437), casse et annule l’arrêt d’appel, aux visas des articles L. 1152-4, L. 1152-5, L. 1153-5 du code du travail dans sa rédaction antérieure à la loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018, du code du travail, et L. 1153-6 et L. 1234-1 du même code.Ces textes disposent qu’en cas de licenciement d’un salarié, pour des faits de harcèlement sexuel et moral, le rapport de l’enquête interne peut être produit par l’employeur pour justifier de la faute imputée au salarié. Les juges du fond doivent en apprécier la valeur probante, au regard des autres éléments de preuve produits.En l’espèce, la cour d’appel a écarté le rapport d’enquête interne, sans examiner les autres éléments de preuve produits, dont des conclusions de comptes-rendus des entretiens avec des salariés, entendus dans le cadre de l’enquête interne.

Historique

<< < ... 4 5 6 7 8 9 10 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.