RDV en ligne
Harcèlement sexuel : étendue des compétences du juge civil en cas de relaxe de l'employeur

Harcèlement sexuel : étendue des compétences du juge civil en cas de relaxe de l'employeur

Publié le : 10/06/2020 10 juin juin 2020

En matière d'harcèlement sexuel commis par un employeur sur une salariée, la relaxe prononcée par le juge pénal pour défaut d'élément intentionnel ne prive pas le juge civil de prononcer la nullité du licenciement et de condamner l'employeur à des dommages-intérêts.



Une salariée, embauchée en juin 2012, a été licenciée pour faute grave le 25 octobre 2013. Soutenant avoir été victime de harcèlement sexuel, elle a saisi la juridiction prud'homale le 12 octobre 2015 en contestant son licenciement.



Par jugement définitif du 28 juillet 2016, le tribunal correctionnel d'Angers a relaxé l'employeur des fins de la poursuite pour harcèlement sexuel, faute d'élément intentionnel.



La cour d'appel d'Angers, dans un arrêt du 6 septembre 2018, a condamné l'employeur à des dommages-intérêts et a prononcé la nullité du licenciement au titre du harcèlement sexuel dont a été victime la salariée.



La Cour de cassation, dans un arrêt rendu le 25 mars 2020 (pourvoi n° 18-23.682), décide de rejeter le pourvoi formé par l'employeur.Celui-ci estimait effectivement que la décision du tribunal correctionnel d'Angers de juillet 2016 avait autorité de la chose jugée, ne permettant pas au juge civil de prononcer la nullité du licenciement au titre des faits d'harcèlement sexuel.



Néanmoins, la Cour de cassation indique que le jugement de relaxe du tribunal correctionnel était fondé sur le seul défaut d'élément intentionnel.Or, en droit du travail, la caractérisation du harcèlement sexuel ne suppose pas l'existence d'un élément intentionnel.Par conséquent, la cour d'appel a pu à bon droit retenir que la décision du juge pénal, se bornant à constater l'absence d'élément intentionnel, ne privait pas le juge civil de la possibilité de caractériser des faits de harcèlement sexuel de la part de l'employeur.



La Cour de cassation rejette donc le pourvoi.



- Cour de cssation, chambre sociale, 25 mars 2020 (pourvoi n° 18-23.682 - ECLI:FR:CCAS:2020:SO00401)



- rejet du pourvoi contre cour d'appel d'Angers, 6 septembre 2018 -  https://www.courdecassation.fr/jurisp...

Historique

<< < ... 5 6 7 8 9 10 11 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Information close
Madame, Monsieur, Chère Cliente, Cher Client,

Compte tenu de la situation épidémiologique liée au virus COVID-19 très inquiétante que connaît la Guyane actuellement et afin d’assurer votre sécurité et celle des membres de notre équipe, notre cabinet est fermé à l’accueil physique du public à compter du lundi 22 juin 2020 et ce jusqu’à nouvel ordre.

Cependant, il reste en fonctionnement afin de veiller à la préservation de vos intérêts et de vous dispenser les conseils dont vous pouvez avoir besoin même en ces temps particulièrement troublés. 

A cet outre le mail contact@jurisguyane.fr, notre cabinet est équipé et se tient à votre disposition pour organiser des rendez-vous en visioconférence par l’intermédiaire des différents médias existant à cet effet (Skype, WhatsApp, Zoom, etc…) qu’il s’agisse de dossiers en cours ou de nouveaux dossiers.

Vous pouvez à cet effet prendre un rendez-vous par visioconférence en allant sur le lien suivant https://www.jurisguyane.com/services-en-ligne/rdv-en-ligne.htm

Des solutions de paiement à distance ont été mises en place pour vous éviter également d’avoir à vous déplacer.  

Le cabinet JURISGUYANE demeure à votre service.

Le Cabinet JURISGUYANE

Ok